Patrimoine et histoire :
Le Canal du Midi


o Présentation de la commune
o Actualités et Agenda
o Plan
o Patrimoine et histoire
o Diaporama
o Photos anciennes


o Bulletin municipal
o L'équipe municipale
o Services municipaux
o Marchés publics
o Conseil municipal

o Travaux et aménagements
o Les associations
o Les entreprises
o Tourisme
o Activités régulières
o Sports

o Salle de sport
o Prévention des risques
o Numéros d'urgence
o Collectes
o Pharmacies de garde
o Liens

Le château
L'église Le Canal du Midi L'étang asséché de Marseillette L'Aude
LE CANAL DU MIDI
Description
Le projet initial du Canal du Midi ne comportait pas la traversée de Puichéric (1669)... RIQUET proposa de conserver le canal sur la rive gauche de l’Aude, de le rapprocher des Montagnes Noires, et de le conduire droit à Béziers sa patrie.
À Puichéric il y a 2 écluses :

De l’écluse de Puichéric, les platanes alignés le long du canal vous accompagneront à travers le vignoble puichéricois. Vous passerez sous l’ancien pont de chemin de fer qui reliait la ligne Caunes Minervois à Moux. L’éclusier de la prochaine écluse dite « l’Aiguille » a eu l’idée originale de créer et fabriquer quelques sculptures en bois afin de personnaliser cet endroit de passage. Figées pour l’éternité, ces œuvres d’art font le bonheur des plaisanciers qui passent cette écluse.

Entre ces deux écluses, un petit pont en pierre enjambe le canal. C’est l’endroit le plus près du village et beaucoup de péniches font une halte à cet endroit.

Il y a également un ancien lavoir situé entre le pont en pierre et l’écluse de l’Aiguille où autrefois, les femmes de la campagne avoisinante venaient laver leur linge.

On remarque aussi sur les rives, à proximité du lavoir et tout le long du canal, des « fourcadelles » en bois (d’après l’occitan qui signifie fourche). Ces endroits sont en général de bons coins de pêche et vous rencontrerez sûrement beaucoup de pêcheurs sur le canal.

Généralités

Le Canal du Midi mesure 241 kilomètres et relie la vallée de la Garonne à la Méditerranée.
Pierre-Paul Riquet propose son projet à Colbert des 1662 et le Canal est construit entre 1667 et 1681.
Il comprend 328 ouvrages (ponts, tunnel, épanchoirs...) dont 64 écluses.
Sa partie la plus haute, le seuil de Naurouze est à 189 mètres d’altitude. Le bief de partage des eaux est alimenté par les eaux de la Montagne Noire (barrage de St Ferréol), 65 kilomètres plus loin.

Le Canal, construit afin de favoriser les échanges commerciaux, connaît son plus fort trafic en 1956.
En 1979, passage de la dernière péniche affectée au transport des marchandises.
Les seuls bateaux qui y circulent depuis cette date sont de tourisme.
Le Canal du Midi est classé Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1997.

De par le roi

On fait à savoir à tous travailleurs qui voudront s’engager pour travailler au Canal de communication des Mers, qui se construit en Languedoc, qu’il sera donné à chacun dix livres par mois, sans leur déduire les jours de Fêtes et Dimanches, et jours qu’il pleuvra, qu’ils auront pour se reposer ; et que de plus, il leur sera fourni logement moyennant deux deniers chaque jour, suivant l’Ordonnance de Monseigneur de Besons, Intendant de la justice, police et finance en Languedoc ; même ceux qui tomberont malades seront payés pendant le temps de leur maladie, comme s’ils travaillaient : Et pour faciliter ledit travail, il leur sera fourni les instruments nécessaires une seule fois, lorsqu’ils s’enrôleront, qu’ils seront obligés de conserver et tenir en bon état. Ceux qui voudront s’enrôler, s’adresseront aux Contrôleurs généraux desdits travaux, qui sont sur les lieux, depuis Toulouse jusqu’à Castelnaudary ; lesquels les enrôleront par nom et surnom, leur âge, et lieu de leur demeure ; pourvu que ceux qui se présenteront soient propres pour le travail : qu’il n’y ait aucune incommodité qui les rende inutiles et qu’ils aient l’âge pour le moins de vingt ans, et tout au plus de cinquante. Fait à Toulouse, le 8 décembre 1669. Signé Riquet, chargé par le Roy, de la construction dudit Canal.

À Puichéric :

Le projet initial du Canal du Midi ne comportait pas la traversée de Puichéric, il suivait la rive droite de l’Aude.
Riquet propose de le conserver sur la rive gauche, de le rapprocher de la Montagne Noire et de lui faire rejoindre Béziers.

Le creusement du Canal du Midi modifie le tracé des chemins vicinaux et en 17721, Jacques Mas, premier consul de Puichéric, adressait aux propriétaires du Canal les demandes suivantes :

1- Autorisation pour les riverains de cultiver les terres du Canal qui excèdent les francs-bords puisque aussi bien ils en paient les charges. Réponse : la demande est prématurée.

2- Autorisation d’ouvrir trois chemins le long du Canal à partir de « pont de Puichéric sur le chemin de Mérinville », pour l’exploitation des terres riveraines, à pied, à cheval et en charette, savoir : un au Nord du canal vers Pelletier, sur 300 toises (accordé) ; un deuxième au nord du canal, jusqu’à l’écluse de Puichéric (accordé seulement jusqu’à l’ancien chemin de La Redorte : c’est le chemin actuel des Granouillets) ; et un troisième, parallèle, au Sud du canal (refusé).

3- Autorisation d’ouvrir dans le franc-bord nord du canal un ruisseau pour y faire déverser les eaux du Granouillet (accordé, mais à condition d’y construire une cale) ;

4- Autorisation de construire trois abreuvoirs dans le canal : près du Pont du Canal, et à la hauteur de Pelletier et Saissac (accordé).

5- Autorisation d’ouvrir un contre-canal au sud du canal, entre le chemin de Rieux et la rigole, pour faciliter l’écoulement des terres appelées « Lasplanos » et intercepter les transpirations du canal (Vivement recommandé).

6- Suppression de l’imposition annuelle pour l’entretien de la rigole (qui servait surtout de rigole de fuite pour l’aqueduc des Plaines) : MM. les propriétaires du canal répondent qu’ils n’y ont aucon intérêt.

Source : Pierre Servage Chronique de Puichéric, circa 1935